Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Des occasions de parler français à Glendon pour un étudiant en FSL, il y en a plein!

Des occasions de parler français à Glendon pour un étudiant en FSL, il y en a plein!

Note de la rédaction : L’article « FSL at GL » a été écrit par un autre étudiant anonyme et non pas par l’auteur nommé dans la forme imprimée du numéro 4.

C’était avec beaucoup de tristesse que j’ai lu l’article du dernier numéro de Pro Tem critiquant le manque d’occasions de parler français dans les programmes FSL (français langue seconde) à Glendon. En tant que directrice par intérim du Centre de formation linguistique pour les études en français, je voudrais expliquer ce qui se passe dans nos cours FSL (1000, 1100, 1200, 2000 et 2100) et au Salon francophone pour souligner toutes les belles choses qui se passent en français à Glendon (toutes les belles occasions de vivre en français) !

            Au Centre, nous offrons des cours de français pour les étudiants à tous les niveaux, non-spécialistes en français. Nos cours sont axés sur des discussions hebdomadaires en petits groupes autour de vidéos et de lectures authentiques pertinentes à la vie des étudiants de Glendon. Les étudiants sont encouragés à partager avec leurs pairs leurs impressions, leurs opinions, leurs expériences reliées à ces articles et vidéos, toujours en français. Nous appelons cette activité le Groupe de discussion/Suivi des pairs. Il ne faut pas parler parfaitement français ou parler sans fautes. On s’amuse, on s’entraide, on apprend et progresse ensemble dans un environnement sans jugement. Le centre offre également un soutien linguistique pour les francophones et non-francophones dans trois cours de discipline offerts en français : SOCI (Sociologie) 2510, POLS (Science politique) 2600 et CDNS (Études canadiennes) 1920.

        Bien sûr, quelques heures de cours de français par semaine ne suffisent pas pour se perfectionner dans une langue. Il faut vivre la langue ! Nous insistons donc pour que tous nos étudiants participent à des activités en français en dehors de la salle de classe. Nous faisons aussi régulièrement la promotion des programmes d’échange linguistique tels qu’Explore, Ontario Rhône Alpes et York International dans nos cours et auprès de nos étudiants. Le cours FSL 2200 permet à une vingtaine d’étudiants de Glendon de faire un stage dans la communauté francophone de Toronto avec des organismes tels que Choq FM, TFO, le Centre francophone de Toronto et le Bureau du Québec à Toronto. Il y a aussi ma plus grande fierté, le Salon francophone, un espace sécuritaire pour parler français dans un environnement décontracté. Au Salon, tout le monde est bienvenu. Vous pouvez chanter en français, jouer à Taboo, à Cartes contre l’humanité en français (on aura bientôt la version québécoise), participer à des ateliers de poésie slam, discuter de sujets d’actualités choisis et animés par des étudiants en FSL.

            Nous organisons également des soirées « Open Mic » bilingues, des séances de « speak dating » en français et en espagnol, des soirées de films en français, ainsi que des excursions au festival Cinéfranco et au Salon du livre de Toronto. Au Salon francophone, vous retrouverez dix moniteurs, des étudiants très sympathiques et patients. Ce sont des Glendoniens comme moi avec des parcours linguistiques très divers. Ils sont bilingues, trilingues, plurilingues, ont des origines européennes, africaines, indiennes, etc. Certains sont francophones, tandis que, pour d’autres, le français est une deuxième, une troisième, voire une quatrième langue. Ce qui nous unit, c’est que nous travaillons tous très fort pour perfectionner et pour maintenir notre français en milieu minoritaire. De plus, nous choisissons tous de parler français et nous en sommes très fiers ! C’est sûr qu’il y a encore du travail à faire, mais je voulais prendre le temps de célébrer nos succès. D’ailleurs, j’invite tous les étudiants, les membres du corps professoral et administratif à Glendon à se joindre à nous (c’est-à-dire, au Centre de formation linguistique pour les études en français et au Salon francophone) pour nous aider à accroître le nombre d’occasions pour les étudiants à Glendon de parler français.


Ignoring Intersectionality at the Expense of a Woman: A Review of Djanet Sears’ Harlem Duet at the Tarragon Theatre, Toronto

Ignoring Intersectionality at the Expense of a Woman: A Review of Djanet Sears’ Harlem Duet at the Tarragon Theatre, Toronto

Élodie de Charlemagne

Élodie de Charlemagne