Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

La Presse écrite du Gabon

La Presse écrite du Gabon

La presse écrite du Gabon fascine les étrangers comme moi. La diffusion de la presse écrite est concentrée autour de Libreville, Port-Gentil, et Franceville, et non pas dans les zones rurales. Selon les statistiques de SOGAPRESSE, une société de distribution de la presse écrite locale, le Gabon compte plus de 80 périodiques, avec environ une vingtaine d’hebdomadaires. Quelques journaux gabonais sont L’Union, Gabon Matin et Économie Gabon+.

Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la presse écrite en ligne rend compte de manière instantanée des nouvelles à travers le monde, retardant la publication de la presse écrite traditionnelle. Pour éviter ces décalages, plusieurs journaux ont opté pour une version électronique de leurs
publications. La presse écrite en ligne devrait donc également bénéficier d’une subvention.

L’Union est l’organe de presse le plus important du pays grâce au respect de sa ligne éditoriale, à la quantité d’information qu’il diffuse et à sa qualité. En dehors de L’Union, les titres de la presse fonctionnent avec des ressources technologiques très limitées. L’Union a été créé en 1972 à la demande du président Omar Bongo Ondimba. Ce dernier a confié sa réalisation à Léon Augé, un homme politique qui prenait à cette époque contact avec des éditeurs de presse étrangers. Les délais d’installation d’une imprimerie de presse, y compris les travaux de terrassement et la construction des bureaux, ont débuté en 1973 et se sont achevés en 1975 avec l’arrivée des machines de composition chaude.

La popularité de L’Union m’impressionne. Ayant un tirage de 20 000 à 45 000 exemplaires, L’Union compte environ 150 000 lecteurs. La prise en mains est de sept à huit lecteurs par journal acheté. Ce journal est la publication la plus rentable et la plus vendue (avec 82 % des ventes de publication dans le pays). La moyenne des ventes de L’Union est estimée à 19 494 numéros par jour. Les articles de L’Union portent sur l’actualité gabonaise dans les domaines de l’économie, la politique (surtout les batailles politiques), le sport, la société et la culture. Or, selon les lecteurs, L’Union est trop pro-gouvernementale, comme un instrument de propagande qui montre seulement l’opinion de ceux qui possèdent du pouvoir.

Il y a quelques problèmes qui concernent la presse écrite au Gabon. Une grande restriction est l’autocensure. Les journalistes sont exposés à des peines privatives de liberté et à des condamnations pécuniaires pour les délits d’outrage envers le président de la république ou son conjoint, d’outrage aux mœurs et de dénonciation calomnieuse. Il est dommage que l’activité des journalistes soit affectée à ce point par les infractions prévues dans le code pénal contre la sûreté de l’État. L’autocensure est encouragée par des journalistes ayant osé rédiger des textes inconvenables aux yeux des administratifs et ayant par conséquent perdu leurs postes, et effectivement, leurs vies. En effet, en 2009, le directeur de L’Union a été interpellé par les services de renseignements gabonais pendant quelques heures au lendemain de l’élection présidentielle, suite à la publication d’une enquête sur les émeutes postélectorales.

Un autre enjeu est la sous-représentation des femmes dans la presse écrite du Gabon. L’équipe de journalistes de L’Union ne compte que deux femmes sur 25. De plus, il existe un monopole dans l’imprimerie avec Multipress-Gabon, soit une entreprise privée du groupe Sonapresse, responsable de L’Union, et la seule entreprise du pays habilitée à importer du papier pour l’impression des journaux, ce qui constitue une entrave à la concurrence et au développement des médias. Le succès futur de la presse écrite au Gabon dépend donc certainement de l'amélioration de ces problèmes.

Elections Loom; Two Major Contenders in the Running

Elections Loom; Two Major Contenders in the Running

Language Learning and the Joy of Being Incomplete

Language Learning and the Joy of Being Incomplete