Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

L’art autodestructeur de Banksy, artiste de rue controversé

L’art autodestructeur de Banksy, artiste de rue controversé

Lors de la vente aux enchères à Sotheby’s à Londres il y a deux semaines, l’œuvre connue de Banksy, Fille avec ballon, est passée à travers un broyeur caché dans le cadre et elle s’est complètement détruite devant un auditoire stupéfait. Même si l’oeuvre s’est déchiqueté au moment où il a été gagné aux enchères à 1,4 million USD, un nouveau record de prix de vente pour l’artiste, la gagnante a tout de même fièrement brandi son prix inédit.  

L’Instagram de Banksy, blagueur, a affiché une photo de l’événement avec comme légende « Going, going, gone... », un jeu sur la phrase énoncée par les commissaires-priseurs anglophones. Banksy a avoué qu’il avait installé le broyeur dans le cadre au cas où le portrait serait vendu aux enchères. Ce faisant, Banksy a créé, et non pas détruit, une œuvre d’art. Après la vente, on a exposé l’œuvre déchirée pendant quelques jours avant de la remettre aux acheteuses.

En dépit de la perception populaire de cet acte contestataire de la part de Banksy, il faut noter que le numéro qu’il a monté a fait augmenter le prix de l’œuvre. Cette augmentation de prix illustre la nature matérialiste de la société et la monétisation de l’art de rue. En effet, l’œuvre vaut 20 % de plus qu’avant de sa destruction. Peut-être Banksy est-il en train de rire du fait que le public est, encore une fois, tombé dans son piège ?

Ce n’est pas la première fois que l’artiste tend des pièges au public. Effectivement, au cours de sa carrière artistique, Banksy a fait plusieurs cascades. Par exemple, en 2004, il a pénétré dans le musée du Louvre avec un simple billet de visiteur et y a déposé à côté de la Joconde son œuvre Le sourire de la Joconde, un portrait satirique de cette dernière avec un visage de bonhomme sourire.

L’artiste de rue anglais, dont les créations ont récemment été exposées pendant près de deux mois à Toronto, n’a jamais dévoilé son identité au public. Il est de plus en plus élusif et mystérieux. Ses portraits sont souvent satiriques, mélangeant graffiti et humour noir. D’ailleurs, quoiqu’il ait produit en 2010 un film documentaire traitant de l’art de rue intitulé Exit Through the Gift Shop, les critiques d’art et les amateurs d’art se demandent toujours ce que signifient vraiment ses œuvres à la fois polémiques et fascinantes. Ces derniers ont sûrement hâte de voir quel sera le prochain piège que Banksy leur tendra.


The Perfect Roadtrip Playlist

The Perfect Roadtrip Playlist

 Reasons for the TTC’s Ever-Rising Fare: The Repercussions of Telling the Hike to “Take a Hike”

Reasons for the TTC’s Ever-Rising Fare: The Repercussions of Telling the Hike to “Take a Hike”