L’art du discours: la clé du leadership

 Photo: Lauren Clewes

Photo: Lauren Clewes

Le 10 février, le Salon Cœur de Lion a organisé le Sommet sur le leadership et les carrières de Glendon. Cet après-midi rempli de présentations, d’ateliers et de réseautage est destiné à fournir aux étudiants de l’Université York des astuces professionnelles et à faciliter leur accès au marché du travail. Les étudiants du campus Glendon et du campus Keele ont eu l’occasion de rencontrer des employeurs, de participer à des ateliers de perfectionnement des compétences, d’améliorer leur profil professionnel ainsi que de rencontrer des diplômés.  

Réseauter, se trouver un objectif, se sentir inspiré: telle était la philosophie et la finalité du Sommet. L’accent était surtout mis sur le mot et le concept « devenir ». Selon le Salon Cœur de Lion, et surtout dans le cadre d’un tel évènement, « devenir » signifie trouver la manière de tisser des liens entre un objectif de vie ou de carrière concret et l’impact que l’on veut produire sur le monde ou sur les autres. Le chemin qui mène à ce « devenir » emblématique serait en fait l’addition du potentiel de leadership d’une personne et de son développement professionnel.


Comment donc arriver à « devenir », voire grandir et se trouver un but ou une passion? Il n’existe pas de réponse universelle à cette question, puisque chaque personne diffère de par ses expériences, ses goûts et ses vœux personnels. Or, entre-temps, il vaut peut-être la peine de s’essayer dans certaines techniques afin de devenir un meilleur leader. Le leadership est une qualité qui s’avère impérative dans de nombreux domaines et qui est de plus en plus recherchée chez les jeunes entrepreneurs aujourd’hui.


Effectuer des présentations quelconques en public et faire preuve d’un langage corporel soi-disant « efficace » n’est pas la plus évidente des choses. Marjorie Malpass, diplômée en représentation théâtrale et spécialiste en formation de compétences de communication et de présentation, a animé l’un des cinq ateliers de la journée, se rapportant à cette facette du leadership et de la communication. Pendant les quarante et quelques minutes qu’a duré l’atelier, les étudiants inscrits à toutes sortes de programmes ont écouté attentivement Malpass, tous désireux de mieux comprendre comment il est possible de transformer leur regard d’imploration « plea-plea » en prestation assurée. La présentatrice a mis en pratique ses propres astuces, rendant son discours plus crédible et accessible.


Malpass a souligné l’intérêt des « micro-relations » et de la respiration. Établir un contact avec son public, même s’il ne s’agit que de lui sourire et de le saluer en entrant, s’avère crucial lors d’une présentation. Lorsqu’on évite de croiser le regard de quelqu’un, soutient Malpass, on perd à jamais l’occasion d’entrer en contact avec cette personne.  L’experte a aussi fourni à son public des techniques de respiration supposément infaillibles: décider quand l’on veut respirer, prendre des pauses, et surtout, marcher en expirant. En effet, mieux vaut ne pas manquer de souffle au moment où l’on doit commencer un discours stressant.


L’aspect clé de l’atelier de Malpass ne s’est pourtant pas limité au contact visuel et à la respiration. D’abord et avant tout, Malpass a encouragé les jeunes de la génération Y à se faire confiance, et ce en projetant son regard vers les coins de la salle ou vers le plafond, mais jamais vers le plancher. Il est d’autant plus utile de considérer le discours non pas comme un devoir ou une évaluation, mais plutôt comme un savoir que l’on possède et que l’on désire partager avec autrui. Certes, cela est plus facile à dire qu’à faire. Néanmoins, le leadership et la confiance demeurent atteignables pour tous, introvertis comme extrovertis.