Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Le gratte-ciel le plus grand du Canada : celui qui obstruera la vue des Torontois

Le gratte-ciel le plus grand du Canada : celui qui obstruera la vue des Torontois

En tant que citoyenne de Toronto, je crois que la construction du gratte-ciel de 306 mètres, nommé The One, qui se situera à l’angle des rues Yonge et Bloor et dont l’achèvement est prévu pour 2022, mérite un certain respect de notre part. Cependant, ce projet suscitera une grande indignation chez les Torontois. Malgré le zèle et l’enthousiasme débordant de Giles Robinson, l’un des concepteurs du gratte-ciel, je pense que les architectes du projet devraient fortement revenir sur leur décision de bâtir l’édifice, à cause de ses poutres métalliques gigantesques, de son revêtement extérieur peu flatteur et de sa hauteur démesurée.

            Certes, son architecture à la fois moderne et classique nous fait penser à la magnificence des bâtiments de la Renaissance, mais ses poutres métalliques n’émerveilleront point les passants parce qu’elles auront caché l’immense beauté des fenêtres. À quoi sert-il de vanter la beauté d’une chose si elle ne peut pas être véritablement admirée? Par conséquent, le gratte-ciel aura l’air d’une prison dont la hauteur vertigineuse terrorisera les citoyens. La vue des passants et des habitants sera désagréable non seulement à cause de l’apparence carcérale de l’édifice, mais également à cause des rangées infinies de boulons et d’écrous qui l’entourent. N’y a-t-il pas assez de structures métalliques qui nous cachent le charme rustique de la ville? Au moins, l’énormité de ces bâtiments servirait à abriter facilement le gorille géant bien-aimé, King Kong, qui en profiterait au maximum!

            Faute d’un raffinement esthétique, le gratte-ciel ne s’intégrera pas à l’aspect urbain du quartier. Je concède qu’un revêtement extérieur en or apparaît dans toute sa splendeur, mais la brillance quasi aveuglante d’un tel revêtement n’ira pas bien avec certains bâtiments néo-gothiques. Norman Foster, le chef du projet, a beau mettre l’accent sur le style sophistiqué de l’édifice, l’élégance a-t-elle vraiment besoin d’être aussi tapageuse?

            Construire le plus grand gratte-ciel au Canada est sans doute très impressionnant, mais à cause de la hauteur effrayante de celui-ci, les citoyens ne pourront pas apprécier à fond ses diverses caractéristiques, telles que le petit bosquet d’arbres au sommet de l’édifice. Effectivement, les gens auront mal au cou en essayant de trouver ce bois masqué par une centaine d’étages.

            Je reconnais que la construction de ce gratte-ciel pourrait accroître le prestige de la capitale de l’Ontario, mais à quoi servira cet « honneur » si seulement les gens de la haute société peuvent l’admirer en y habitant et en fréquentant ses restaurants chics et inabordables? Comment établirons-nous une harmonie à Toronto si un bâtiment d’une telle valeur creuse l’écart social et économique entre les citoyens?


Is Field Trip Announcement a Farewell to Toronto Festivals?

Is Field Trip Announcement a Farewell to Toronto Festivals?

Of Gods and Mortals : le visage glendonien de la mythologie

Of Gods and Mortals : le visage glendonien de la mythologie