Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Les jeunes ne savent-ils pas voter ?

Les jeunes ne savent-ils pas voter ?

À la suite des dernières élections municipales, nous sommes heurtés à un faible taux de participation, soit 41 %. Même si les élections municipales ne sont pas connues pour leur taux de participation élevé, cette tendance pose problème.

Une analyse des 30 dernières années démontre une diminution du niveau de participation des Canadiens aux élections municipales, chez les jeunes adultes spécifiquement. Il y a plusieurs raisons pour expliquer ce manque d’enthousiasme chez les adultes, et encore plus, chez les jeunes électeurs qui ne cessent de répéter que, tout compte fait, leur vote n’aura aucune importance.

À priori, nous pensons que les élections municipales et les priorités de la municipalité ne correspondent pas aux préoccupations, aux besoins et aux valeurs des jeunes électeurs. Notamment, plusieurs politiciens consacrent une partie importante de leur compagne à l’impôt foncier, alors que les jeunes ne possèdent aucune propriété. Mais en guise de rappel, sachez que nous payons tous l’impôt foncier, soit directement à la ville, soit à travers notre loyer, et même en résidence, par le biais de notre université.

Un autre élément à souligner est la fréquence avec laquelle les élections sont programmées. C’est tout simplement fatigant. En fait, ça ne faisait que quelques mois qu’on encourageait les jeunes à voter aux élections provinciales, qu’on entendait déjà parler des élections municipales. Bientôt, les élections fédérales auront lieu. Pour plusieurs, ce devoir civique s’avère un emploi à temps partiel intimidant.

Cependant, il ne faut pas être négatif ni pessimiste. Un fait qui n’est pas très bien connu du public est que les municipalités sont responsables de 60 % des infrastructures présentes dans les villes, selon le directeur général des élections du Québec. De plus, les jeunes ont recours et bénéficient de nombreux services municipaux, comme le TTC, les bibliothèques, les parcs d’attractions et les services policiers, tous contrôlés par la ville. Néanmoins, c’est pour les élections municipales que l’on trouve le plus faible niveau de participation de la part des jeunes.

Pourquoi les politiciens ne tiennent-ils pas compte de l’opinion des jeunes adultes ? Serait-ce parce qu’ils ne démontrent pas assez d’intérêt pour la politique ?

Il est temps d’agir et d’être plus engagé dans la politique. Nous devons contacter nos représentants politiques pour leur faire part de nos points de vue. P rester informés, nous devons nous assurer de nous impliquer et d’impliquer nos amis et nos proches dans les choix et décisions politiques.

Ce type d’article est nécessaire après chaque élection à cause du fait que le taux de participation n’augmente presque pas à la suite de chaque élection. Cependant, je trouve ce sujet encore plus important, car les prochaines élections fédérales approchent, soit « les élections les plus vicieuses » jusqu’ici, selon le premier ministre actuel. Espérons que l’année prochaine, le pourcentage des électeurs augmente au lieu de rester intact ou de diminuer.

Élodie de Charlemagne

Élodie de Charlemagne

Mass Shootings: The Consequences of Playing with Fire

Mass Shootings: The Consequences of Playing with Fire