Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Les types de justice

Les types de justice

Il est important de connaître les différentes théories sur lesquelles se base le système judiciaire. Voici donc les types de justice.
1) La justice corrective
Selon la théorie de la justice corrective, une personne possède une responsabilité morale pour avoir fait du mal à quelqu’un d’autre et la blessure de l’autre doit être rectifiée. C’est-à-dire, la moralité rend la compensation nécessaire. La responsabilité dans ce type de cas est définie par la relation entre les deux individuels, sans égard pour les conséquences au-delà de la rectification qui elle-même représente la justice. Pour cette raison, il existe aujourd’hui la catégorie de droit qui s’occupe des actes délictuels. Un ancien exposé de la justice
corrective est paru dans le livre L’Éthique Nichomachienne d’Aristote, dans lequel ce dernier discute de l’injustice transactionnelle commise par un des deux partis engagés dans une transaction volontaire ou involontaire. Sa théorie adressait le déséquilibre causé par la blessure. La justice corrective restaure le statu quo.
2) La justice punitive
Reflétée par l’expression populaire « œil pour œil », la théorie de la justice punitive est basée sur le principe de « lex talonis » ou la loi de contre-attaque, laquelle constitue la punition proportionnelle en réponse au mal infligé aux autres. Cela concerne surtout le droit pénal et le besoin de punir. La justice punitive consiste en l’attribution d’un blâme et d’une sanction punitive correspondante à ceux qui ont violé la norme morale dans la société. Ce type de justice est surtout appliqué au système carcéral de plusieurs pays. La justice pénale traditionnelle sanctionne la transgression d’une règle juridique, mettant l’accent sur la responsabilité abstraite de l’infracteur. Le crime est un acte qui porte atteinte à l’État. On considère donc l’État comme la victime principale. Cela peut être perçu sous un angle déontologique (comme une fin intrinsèque, une réponse appropriée à la conduite moralement répréhensible), ou sous un angle qui se concentre sur la fonction utilitaire (un moyen d’atteindre des objectifs sociaux utiles, tels que la sécurité publique et l’apaisement).
3) La justice distributive
La théorie de la justice distributive se rapporte à la distribution correcte des ressources, du revenu, des actifs, des chances, etc. La justice distributive vise à distribuer de façon proportionnelle le bien commun aux individus. La citation suivante de Karl Marx illustre cette perspective : « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. » Pour redistribuer les richesses, le gouvernement peut augmenter les impôts. De nos jours, les visions de la justice distributive ne se produisent guère en réalité, puisque les mesures essentielles pour réduire la pauvreté dans le monde ne sont pas favorables à la concurrence capitaliste dans le marché global. Quelques débats portant sur la justice distributive surgissent au sujet de l’assurance automobile et de la rémunération ouvrière. Il y a un désaccord quant à la façon de distribuer le coût des blessures. Tous les membres du groupe devraient-ils payer les primes ou les frais pour ceux d’entre eux qui souffrent des blessures? Si tous les membres contribuent aux fonds, le peu de gens malchanceux qui seront blessés n’aura pas à supporter le poids entier des coûts médicaux.

Criss-crossed TTC Future: Upcoming Projects

Criss-crossed TTC Future: Upcoming Projects

Spread the Word, Help the World!

Spread the Word, Help the World!