Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Élodie de Charlemagne

Élodie de Charlemagne

Il était une fois, une orpheline dotée d’une beauté céleste qui habitait à Charlemagne avec sa belle-mère et ses deux demi-sœurs. Les yeux bleu-clair jadis brillants d’Élodie reflétaient une vie dure et laborieuse. Depuis la mort de son père, l’adolescente était devenue l’esclave de la sorcière qui était sa belle-mère. Portant des vêtements déchirés et ridés couvrant sa taille élancée, Élodie devait obéir à tous les ordres qui sortaient de la « gueule » de la vieille. L’abeille laborieuse nettoyait, cuisinait, faisait la vaisselle et était toujours serveuse au restaurant de son père, tout en allant à l’école. Puisque c’était sa dernière année au lycée, le bal des finissants auquel elle avait envie d’assister aura lieu dans deux semaines. Élodie rêvait d’y aller, mais elle n’avait même pas de robe. Ses demi-sœurs, aimables comme des portes de prison, avaient déjà acheté les leurs, mais celles-ci ressemblaient plutôt à des sacs à poubelle dans lesquels on pourrait mettre quatre Élodies. La veille du bal, la sorcière annonça à son esclave qu’elle devait travailler au restaurant le lendemain.
Déçue et désespérée, le jour suivant l’orpheline se mit à faire des crêpes et des œufs. Un de ses collègues, Marie, la voyante sombre, lui demanda ce qui n’allait pas. La jeune fille lui raconta tout et ayant attentivement écouté, Marie sortit vite son cellulaire et appela sa sœur, qui était couturière. Quelques minutes plus tard, une robe bleue de soie ainsi que des hauts-talons et des boucles d’oreilles en or apparurent dans le restaurant.
Élodie se changea vite et lorsqu’elle sortit des toilettes, elle rayonnait de bonheur. Ses cheveux blonds bouclés luisaient, ses yeux bleu-clair brillaient et son sourire radieux ne se cachait plus. Elle n’était plus la timide Élodie qu’auparavant, repliée sur elle-même et recroquevillée, mais une déesse, digne de louanges de toutes sortes.
Quand elle arriva au bal, tous les yeux se fixèrent sur elle, surtout ceux de Pierre ou le « McDreamy » du lycée. Il avait des cheveux noirs, des yeux verts et un regard malicieux. Les autres finissants n’étaient rien à côté de lui. Lentement, il s’approcha d’Élodie et lui demanda de danser. Elle accepta avec plaisir sous les regards envieux de tous, et dansa avec Pierre toute la nuit. Avant que la jolie jeune ne le sût, c’était l’heure de rentrer au restaurant et en partant, elle laissa tomber son cellulaire. À la vitesse d’un éclair, Pierre s’en aperçut et le rendit à sa princesse avant qu’elle ne partît. Les amoureux se regardèrent tendrement et se promirent de rester toujours ensemble.

Des occasions de parler français à Glendon pour un étudiant en FSL, il y en a plein!

Des occasions de parler français à Glendon pour un étudiant en FSL, il y en a plein!

Les jeunes ne savent-ils pas voter ?

Les jeunes ne savent-ils pas voter ?