Pro Tem is the Bilingual Newspaper of Glendon College. Founded in 1962, it is York University’s oldest student-run publication, and Ontario’s first bilingual newspaper. All content is produced and edited by students, for students.

---

Pro Tem est le journal bilingue du Collège Glendon. Ayant été fondé en 1962, nous sommes la publication la plus ancienne de l’Université York ainsi que le premier journal bilingue en Ontario. Tout le contenu est produit et édité par les étudiants, pour les étudiants.

Mes frères, où êtes-vous allés ?

Mes frères, où êtes-vous allés ?

I. Au début

Je vous admire depuis mon plus jeune âge.

Avant même de pouvoir former des phrases cohérentes,

Je connaissais grâce à vous le sens du mot « frère ».

Notre amitié m’est spéciale.

Vous étiez mes chevaliers.

Chaque fois qu’un monstre se présentait,

Vous étiez toujours devant moi,

L’épée à la main.

Vous m’avez protégée contre les monstres les plus odieux,

Des monstres avec des crocs et des yeux globuleux,

Avec des cornes et une langue de serpent.

Ces monstres étaient infernaux.

Même si les combats n’étaient pas faciles,

Et même si vous aviez vos propres démons à affronter,

Vous ne m’avez jamais laissée seule,

Vous m’avez aidée à mener mes combats et à grandir.

Je vous en remercie.

II. L’adolescence

Nous sommes plus âgés maintenant.

Maintenant, l’un de nous est à l’université et les deux autres sont restés.

Mon plus jeune frère, tu étais en pleine adolescence alors que j’achevais la mienne.

Je sais que ce n’a pas été facile pour toi.

Tu devais être quelqu’un que tu n’es pas.

On t’a obligé à jouer un rôle qui ne te convenait pas.

Dis-moi, as-tu trouvé ta voix ?

Je n’ai jamais eu honte de toi,

J’espère que tu le sais.

J’espère que tu deviendras la personne que tu es destiné à devenir.

J’espère que je pourrai être là pour te voir changer.

Mon grand frère, es-tu stressé ?

Es-tu préoccupé ?

Je sais.

Je comprends que tu n’as pas beaucoup de temps pour ta sœur et ton frère cadets.

Je sais que tu es fatigué.

Et frustré.

Mais tu vas y arriver,

Même si tu dois partir pour le faire.

III. L’âge adulte

Vous souvenez-vous des monstres de notre enfance ?

Ils sont de retour.

Les monstres sont plus effrayants que jamais,

Puisqu’ils ont pris une forme humaine.

Qui aurait cru que nous deviendrions des monstres aussi ?

Nous ne pouvions tout simplement pas nous l’avouer.

À l’âge adulte vient la douleur,

Le chagrin,

La solitude.

Malgré tout cela,

Vous êtes à mes côtés.

Ou du moins, c’est ce que je pensais.

IV. Et maintenant ?

Nous ne nous sommes pas parlé depuis un an.

Pourquoi ?

Qu’ai-je fait de mal ?

J’ai essayé de dire que je suis désolée.

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour me faire écouter.

Mais vous m’avez tourné le dos.

M’avez-vous entendu pleurer ?

Jamais je n’aurais pensé que nos interactions se réduiraient aux regards vides, sans paroles.

Mes frères, où êtes-vous allés ?

Où vous êtes-vous cachés ?

Nous ne sommes plus des enfants.

Ne sommes-nous pas trop vieux pour jouer à cache-cache ?

Où que vous soyez, j’espère que vous êtes heureux et en bonne santé.

Même sans moi.



Révisé par Gabriella Giordan le 19 octobre 2018

Mes frères, où êtes-vous allés ?

Ayla Sljivar, Rédactrice d’expressions

FR 62 vers

I. Au début

Je vous admire depuis mon plus jeune âge.

Avant même de pouvoir former des phrases cohérentes,

Je connaissais grâce à vous le sens du mot « frère ».

Notre amitié m’est spéciale.

Vous étiez mes chevaliers.

Chaque fois qu’un monstre se présentait,

Vous étiez toujours devant moi,

L’épée à la main.

Vous m’avez protégée contre les monstres les plus odieux,

Des monstres avec des crocs et des yeux globuleux,

Avec des cornes et une langue de serpent.

Ces monstres étaient infernaux.

Même si les combats n’étaient pas faciles,

Et même si vous aviez vos propres démons à affronter,

Vous ne m’avez jamais laissée seule,

Vous m’avez aidée à mener mes combats et à grandir.

Je vous en remercie.

II. L’adolescence

Nous sommes plus âgés maintenant.

Maintenant, l’un de nous est à l’université et les deux autres sont restés.

Mon plus jeune frère, tu étais en pleine adolescence alors que j’achevais la mienne.

Je sais que ce n’a pas été facile pour toi.

Tu devais être quelqu’un que tu n’es pas.

On t’a obligé à jouer un rôle qui ne te convenait pas.

Dis-moi, as-tu trouvé ta voix ?

Je n’ai jamais eu honte de toi,

J’espère que tu le sais.

J’espère que tu deviendras la personne que tu es destiné à devenir.

J’espère que je pourrai être là pour te voir changer.

Mon grand frère, es-tu stressé ?

Es-tu préoccupé ?

Je sais.

Je comprends que tu n’as pas beaucoup de temps pour ta sœur et ton frère cadets.

Je sais que tu es fatigué.

Et frustré.

Mais tu vas y arriver,

Même si tu dois partir pour le faire.

III. L’âge adulte

Vous souvenez-vous des monstres de notre enfance ?

Ils sont de retour.

Les monstres sont plus effrayants que jamais,

Puisqu’ils ont pris une forme humaine.

Qui aurait cru que nous deviendrions des monstres aussi ?

Nous ne pouvions tout simplement pas nous l’avouer.

À l’âge adulte vient la douleur,

Le chagrin,

La solitude.

Malgré tout cela,

Vous êtes à mes côtés.

Ou du moins, c’est ce que je pensais.

IV. Et maintenant ?

Nous ne nous sommes pas parlé depuis un an.

Pourquoi ?

Qu’ai-je fait de mal ?

J’ai essayé de dire que je suis désolée.

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour me faire écouter.

Mais vous m’avez tourné le dos.

M’avez-vous entendu pleurer ?

Jamais je n’aurais pensé que nos interactions se réduiraient aux regards vides, sans paroles.

Mes frères, où êtes-vous allés ?

Où vous êtes-vous cachés ?

Nous ne sommes plus des enfants.

Ne sommes-nous pas trop vieux pour jouer à cache-cache ?

Où que vous soyez, j’espère que vous êtes heureux et en bonne santé.

Même sans moi.


The Benefits of Cannabis Legalization

The Benefits of Cannabis Legalization

Contrast

Contrast