Sommes-nous vraiment bilingues à Glendon?

Photo: Lauren Clewes

Photo: Lauren Clewes

Le Collège universitaire Glendon est considéré comme l’un des collèges les plus charmants de Toronto. Le paysage y est unique en son genre. Le manoir, par exemple, est l’édifice le plus admiré de Glendon, étant d’une valeur historique considérable. Cependant, la raison pour laquelle on fait l’éloge du collège Glendon est généralement pour son aspect « bilingue ». À Glendon, chaque étudiant doit, en principe, connaître et pratiquer la langue française. Il n’en est cependant pas tout à fait le cas.

Si l’on demande à n’importe quel étudiant de ce campus ce qu’est Glendon, il répondra sans doute qu’il s’agit du campus bilingue de l’université de York. Il est donc sous-entendu qu’ici, tous les étudiants sont bilingues. Or, ayant été monitrice de langue française au Salon francophone pendant mes deux premières années à Glendon, j’ai observé que plusieurs étudiants ne maîtrisaient pas bien la langue. Il était question non seulement d’un manque de diligence, mais également d’un manque de pratique. Malgré son titre de campus bilingue, l’anglais prédomine et non le français. Les nombreux étudiants devraient profiter davantage des services d’aide gratuits tels que le Salon francophone. Cela leur fournirait l’occasion d’améliorer leur français oral, leur grammaire ainsi que leur orthographe, et de faire des progrès considérables dans leur apprentissage de la langue française.

Il est vrai qu’il s’avère difficile de pratiquer son français en dehors des heures de cours. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il existe des cliques à Glendon, et elles sont divisées par les langues parlées. Les anglophones, les Canadiens français et les Français demeurent dans leurs coins respectifs. Les étudiants ont ainsi peu d’occasions pour pratiquer leur français avec d’autres étudiants. Il y a aussi le fait que plusieurs étudiants de français langue seconde trouvent leurs cours de français très compliqués et chargés. Par conséquent, ces étudiants s’éloignent le plus que possible de la langue française une fois qu’ils obtiennent leur diplôme et leur certificat de bilinguisme.

Toujours est-il qu’il doit y avoir une raison pour laquelle Glendon est considéré comme étant bilingue. Dès que l’on franchit les portes de ce collège, l’on peut distinguer des panneaux où il est écrit : « Bienvenu à Glendon », « Coeur de lion » et « Le manoir Glendon ». Malgré le fait que de nombreux étudiants ici ne parlent pas aussi bien français que l’on croirait, il y a tout de même beaucoup d’étudiants qui parlent couramment le français ou qui s’efforcent sans cesse de s’améliorer. Le collège ainsi que les clubs d’étudiants organisent tout un répertoire d’activités où les étudiants peuvent pratiquer leur français, mais ils doivent trouver une façon de rendre ces évènements plus attirants pour les francophones. Il devrait être inévitable de marcher dans les couloirs du collège et d’entendre les gens discuter en français. Glendon n’est pas un collège anglophone, et nous devons donner aux étudiants la chance de pratiquer le français entre eux.

On ne peut démentir que le Collège universitaire Glendon soit bilingue. Néanmoins, l’on n’y pratique assurément pas assez la langue française, sur le plan scolaire comme sur le plan social. Les francophones sont présents; il s’agit de les rassembler pour qu’ils ressentent la présence forte de la communauté francophone à Glendon. Il faut aussi les introduire aux angolophones pour les encourager de pratiquer la langue oralement dans un environnement autre que la salle de classe.